Première visite ?
Tu voudras certainement télécharger gratuitement mon guide : "Se libérer de la peur:", pour accomplir sa vie. Clique ici pour le télécharger tout de suite !

Commence à penser à tes besoins

Penser à tes besoins ça t’inspires quoi ?

Es-tu du genre conciliant … très conciliant ? Un peu comme ces personnes que l’on dit “facile à vivre, car avec eux on ne se prend jamais la tête.

Tu n’es pas bileux pour un sou, quand quelque chose va mal t’arrondi les angles.

Il faut savoir mettre de l’eau dans son vin, être tolérant pour maintenir ses relations au beau fixe.

Mais dans quelle mesure cette pré-disposition à baisser les tensions ne devient pas invivable. Parce que franchement dire toujours “oui”, arranger tout le temps les autres; c’est un peu mettre toujours ses besoins et désirs de coté… aux oubliettes.

Car lorsque c’est récurrent il y a mon avis quelque chose de sous-jacent

 

Alors réponds-moi. Fais tu partie de ces gens à l’éternelle bonne patte ?

 

Si c’est ton cas, dis-moi; est-ce parce que tes besoins te passe par-dessus la tête ou bien c’est parce que tu as peur du  conflit, peur du rejet ?

Si tu disais ce que tu penses réellement , crois-tu que :

_on découvrira qui tu es vraiment; une personne pas si cool que ça en fait

_ton point de vue incitera les autres à te rejeter du groupe

En exprimant un point de vue contradictoire, tu déclencheras un conflit et tu n’a pas envie de perdre la sympathie de ton entourage ?

Il est essentiel que tu analyses ton rapport aux autres.

Tu sais, une des raisons principales de la peur de se lancer, c’est le sentiment de panique à l’idée d’être rejeté. C’est ce qui tétanise et amène à rejeter ses rêves. Lorsque l’on rentre dans les clous, on ressemble à nos pairs, on fait partie du groupe.

 

Peur du conflit et tendance à subir sa vie, sont intimement liés à la peur de se lancer dans les projets qui nous tiennent à cœur.

 

Si tu souhaites changer ta vie, mais que tu n’oses pas et que tu es envahi par la peur, regarde d’abord comment tu mènes (subis) tes relations avec les autres.

 

Je veux que pendant une semaine, tu notes : 

_toutes les fois où tu as dis oui à quelqu’un alors que tu avais une tonne de chose à faire 

_toutes les fois que tu as fais quelque chose pour faire plaisir mais qu’au fond ça te barbait au plus haut point

 

Il y a une chose essentielle que j’ai compris : passer son temps à taire ses besoins pour faire plaisir et ne pas froisser, inhibe la capacité d’agir pour sa vie et à tracer son propre destin.

 

Allez je compte sur toi pour mener comme il se doit cette petite observation pendant une semaine et je te dis à très vite.

 

Quéta

 

 

Laisser un commentaire