Mon fils a fêté ses 15 ans

Mon fils a fêté ses 15 ans et je me suis mise à songer à son avenir, à sa vie, à son bien-être.

Pendant que je m’activais à la préparation d’un repas festif et d’un bon gâteau (une forêt noire, hmmm mon préféré). Je me suis mise à penser à son avenir, et je me suis sentie sereine. À la rentrée il s’engage dans la filière hôtellerie-restauration. En y songeant j’ai revu en image nos années difficile. Il y avait de gros moments de tensions; on ne passait pas en fait une semaine sans se prendre la tête au moins 2 fois au sujet des devoirs.

Pour tout te dire, j’en avais des crampes au ventre quand l’heure fatidique approchait. Pourquoi touts ces tensions ? Parce que je trouvais qu’il ne se foulait pas assez. Et j’avais raison, certes. Mais cela ne justifiait pas tout ça.

J’avais trop d’idée préconçues sur ce que devait une vraie scolarité et sur l’enjeu de l’avenir professionnel. On connait les attentes de la société et en tant que parent responsable (n’est ce pas ?) qui veut que son enfant réussisse, on le formate de façon assez carré sans trop de débord pour être sûr qu’il rentrera bien dans le moule.

Ce sentiment de maman (pas du tout inquiète, n’est ce pas ) je l’ai régulièrement.

 

Mais franchement, on souffre de cette routine métro-boulot-dodo qui asphyxie nos élans de vie, mais mince, on prépare notre progéniture à la même sentence. C’est dingue, non ?

Tu peux pas changer le système, en tout cas je ne te conseil pas d’essayer, tu te casserai les dents. Mais tu peux décider d’influer sur ton environnement proche et ta vie.

C’est ce que j’ai finalement réussi à faire. J’ai regardé ce qui était bon pour moi et je ne comprenais pas comment j’en étais arrivé à imposer  mon fils ce que je trouvais mauvais au fond de moi.

Car la cause sous-jacente de nos tensions au sujet des devoirs étaient le fait que ça ne plaisait ni à lui ni à moi. Et on se forçait tous les deux. Sans compter que le rapport dominant-dominé avait toute sa place.

 

Mon cheminement m’a fait comprendre le plus important : ses attentes à lui.

Au lieu de le soumettre coûte que coûte aux attentes du système, j’ai décidé de m’intéresser à qui il était vraiment. Pas juste le fils , mais la personne qu’il est.

Je me suis intéressé à ce qu’il aimait, ou n’aimait pas, à ses compétences. Par compétences je ne parle pas de celles inculquées par l’école, non, ses compétences propres qu’il a développé.

 

J’ai été ébloui par ses capacités dont je n’avais pas pris conscience :

J’ai vu à quel point il était bon aux échecs —> réflexion, stratège

Il a fait un parcours d’escalade pour la première fois et il l’a exécuté les doigts dans le nez —> grande confiance en lui, bonne maîtrise de son corps, agile

Il s’est présenté au cycle supérieur au conservatoire après seulement 3 années de cours d’instrument —> apprentissage rapide, bonne mémoire

 

Il a choisi la restauration, c’est un bon choix.

Bonne mémoire pour la commande du client c’est important

Agile, pour se balader entre les tables avec les bras chargés d’assiette ça peut être aussi utile

 

J’ai voulu prendre mon fils en exemple pour que tu prenne conscience que tu as certainement toi aussi des compétences infinies que tu peux utiliser pour construire tes rêves. Ne les laisse pas mourir au profit d’une vie qui t’oblige à ne suivre qu’une seule ligne, sans but.

 

Tu ne réalises peut-être pas toutes les compétences que tu as, alors cette exercice te sera bénéfique.

Note toutes tes compétences, pas seulement que tu es bon en math et en français, non les vraies; celles que tu es développé naturellement.

 

—> Voici quelques idées pour t’aider:

_  tu apprends et retiens facilement les choses

_  tu comprends aisément les notices de montage (va falloir que tu me donne ta méthode, parce que moi, je n’y comprends jamais rien)

_  vas-tu facilement vers les autres

_  tu as le rire facile

_ tu es très organisé

_ tu organises facilement n’importe quel espace

_ tu harmonises parfaitement tes tenues

_ à chaque situation compliquée, tu trouves toujours un système D

_ tu organises tes journées comme un chef d’entreprise

_ tu perçois tout de suite si une personne est sincère ou pas

_ tu ressens tout de suite les vibrations positives ou négatives quand tu rentres dans une pièce

_ tu écoutes toujours ton intuition et bien souvent tu tombes juste

_ tu as le don d’apaiser et de réconforter les gens

 

Note vraiment tout ce qui te caractérise, afin de savoir quelles sont tes réelles compétences. Ce sera ton premier cheminement vers la création de ta vraie vie.

 

J’espère que cet exercice t’aidera 🙂

 

 

Quéta

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *