Première visite ?
Tu voudras certainement télécharger gratuitement mon guide : "Se libérer de la peur:", pour accomplir sa vie. Clique ici pour le télécharger tout de suite !

Mon fils de 15 ans a été victime d’un contrôle au faciès. Les leçons que j’en tire.

Mon fils est revenu du lycée traumatisé et avec un sentiment d’humiliation, suite à un contrôle au faciès.

Il avait passé sept heures à étudier et à apprendre les techniques qui lui permettront de devenir un professionnel dans le domaine de l’hotellerie-restauration.

Ses semaines sont longues, à cause du trajet, il s’en va à 7 heures et rentre à 18h30. Les jours de solfège et d’instrument c’est jusqu’à 19h30.

Mon fils est un bon garçon, mais cela n’a pas empêché qu’après une journée épuisante à étudier, qu’il soit le seul parmi le groupe d’élève à l’arrêt de car à subir la suspicion de ces agents.

Voir un agent, face à lui, les doigts posés sur la gâchette d’une mitraillette a été un moment particulièrement violent pour lui. On a même pas la télé, alors t’imagine !! Il ne savait pas où se mettre.

Cela n’a pas empêché que malgré qu’il occupe son temps entre le lycée et le conservatoire, il ai été renvoyé au statut de « suspect ».

Cela n’a pas empêché que malgré le respect mutuel qui existe entre ses profs et lui, il ai été catalogué comme « délinquant ».

 

Quand il me l’a dit, je ne sais pas si j’ai bien réagi, mais j’ai beaucoup pleuré.

J’ai pleuré de tristesse. J’ai pleuré de haine. J’ai pleuré de compassion pour lui.

Je me suis excusée pour le fait qu’il subisse ça.

Avec mon époux, on en n’a parlé à personne. De honte certainement, ou peut-être le besoin de vite passer à autre chose et d’oublier.

Peut-être qu’on a eu le syndrome de la victime qui se croit coupable de ce qui lui est arrivé.

Remarque on est responsable quelque part : quel idée d’être noir aussi, hein !!

 

Mon fils aura beau être exemplaire.

Il aura beau passer tout son temps libre qu’avec sa famille.

Il aura beau limiter les sorties entre amis par une simple sortie au fast-food deux fois par an.

Il ne sera jamais que pour certains, un potentiel dealer ou pire, un individu potentiellement dangereux pour les « autres français ».

 

Je tire toujours une leçon des événements qui peut m’arriver de vivre. Cela me permet d’avancer et d’être plus forte.

 

Alors la moralité que je tire de tout ça :

Tu auras toujours quelqu’un qui n’aimera pas ce que tu représentes.

Tu auras toujours quelqu’un qui n’aime pas les filles en mini-jupe

Tu auras toujours quelqu’un qui n’aime pas les riches

Tu auras toujours quelqu’un qui n’aime pas les familles nombreuses

Tu auras toujours quelqu’un qui n’aime pas les patrons

Tu auras toujours quelqu’un qui n’aime pas les gens trop bien dans leur peau

Tu auras toujours quelqu’un qui n’aime pas les handicapés

Tu auras toujours quelqu’un qui n’aime pas …

 

Alors franchement, pourquoi essayer de se changer ?

Quoique tu fasses, tu trouveras toujours quelqu’un pour te juger.

 

Il y a des gens bourrés de préjugés.

 

Alors franchement, que tu décides de vivre ta vie ou que tu ne tentes rien; le résultat est le même. Il y aura de toute façon, quelque chose chez toi qui sera sujet au jugement.

 

Donc vis ta vie ! Sois toi-même !

 

Avec tout mon amour,

Quéta

 

Laisser un commentaire